Ça serait vous mentir à vous ainsi qu’à nous-mêmes de ne pas annoncer enfin l’inévitable. Après 12 ans d’existence, dont près de trois sur respirateur artificiel, il est temps de faire mourir les Hunters.

Il y a 4 ans, tout juste après avoir écrit le dernier album complet « Art Electric », on sentait qu’on ne pouvait pas aller plus loin dans ce projet. On n’a pas eu le courage de faire autant de spectacles qu’on l’a fait pour la tournée de lancement de « Promises », puisqu’on avait commencé à travailler sur notre nouveau projet Caravane. Un projet rock francophone nous stimulait beaucoup plus que de continuer à faire ce qu’on avait toujours fait dans des conditions qui ne s’amélioraient jamais. D’ailleurs, la décision que j’ai prise de vouloir chanter en français a été la meilleure décision de ma vie.

Il est temps pour nous de suivre notre propre chemin comme l’ont fait les gens qu’on admire. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à vouloir chanter en français, car j’avais envie de savoir ce que ça serait de m’exprimer dans ma propre langue. Je sentais que ça serait plus honnête d’écrire avec des mots que j’utilise couramment pour transmettre des émotions dans mes chansons. Pour la première fois, je peux m’entendre chanter sans faire une face de marde. En commençant Caravane, on voulait faire un projet qui nous représentait à ce moment là. On a toujours été comme ça. C’est pour ça que les albums des Hunters ont toujours été aussi différents. On veut avancer sans recommencer deux fois. Se réinventer à chaque fois et être fiers de ce qu’on fait en allant toujours au bout des choses. Je pense sérieusement qu’on est allé au bout de celle-là.

Nos deux bands ont également subi un gros changement dans la dernière année avec le départ de Danahé. Ce fut un moment difficile même si la décision venait de notre côté. Il a été un ami et guitariste depuis le départ de Kiss en 2009. Il nous a aidé à écrire les albums qu’on avait toujours voulu faire et à mettre au monde notre alter-ego franco. Malgré un break up amical, les choses sont ce qu’elles sont et ça nous a forcé à prendre nos distances. On lui souhaite tout de même le succès qu’il mérite dans ses nouveaux projets. On n’oubliera jamais les moments passés ensembles. Guillaume, quant à lui, est venu rallumer une flamme qui s’estompait tranquillement. C'est avec grand plaisir qu’on a composé le dernier EP « Black Eyes » à ses côtés tout juste avant de s’attaquer au troisième de Caravane. Nous annoncerons une dernière tournée avec les Hunters au Québec et en Europe sous peu.

Malgré tout notre enthousiasme avec notre nouveau projet, notre vieux band de punk va nous manquer. On a tout fait pour la première fois avec ce groupe là. On a appris à jouer, on a voyagé et rencontré des gens formidables un peu partout sur la planète. On ne serait jamais devenus les gars qu’on est aujourd’hui sans ce projet là. Tout ce qui nous arrive en ce moment est en partie grâce aux Hunters. Nous en serons toujours reconnaissants.

Je veux remercier très sincèrement tous ceux et celles qui ont accordé de l’importance à notre travail au courant des douze dernières années. Je me sens privilégié que des gens s’intéressent à ce qu’on fait. On est les gars les plus chanceux du monde d’avoir de la reconnaissance tout en faisant ce qu’on aime le plus. Nous serons pour toujours riches d’expériences grâce à vous.

Avec amour, Dominic.

Signature Dominic