Europe. Jour 5. “Little problem” et une bonne douche.

image

À une heure indéterminée, une fille avec un anglais plus qu’approximatif dit quelque chose du genre “Little problem. Centimeter” pour nous réveiller. “White van. Next people go to school.” Avec des gestes, on comprend qu’on doit déplacer la van de la cour pour qu’elle puisse sortir son auto et aller à l’école.

Laurin est vraiment un chauffeur fiable est se lève pour aller effectuer sa tâche. C’est vraiment le meilleur!

Tout le monde a l’air de bien dormir, même les Forum Walters qui dorment dans la salle d’à côté avec une perruche qui n’a pas cessé de jacasser dès que le Soleil s’est pointé le nez.

L’alarme de quelqu’un sonne deux fois avant que finalement, on se réveille tous vers 1h de l’après-midi. Dès qu’il voit qu’on est réveillé, notre hôte vient prendre son “déjeuner” dans sa salle de weed. Un bon bong bien plein en se réveillant. De notre côté, tout ce qu’on veut, c’est un bon verre d’eau. Ça a été une des bonnes soirées hier. Dire que ce n’était que le 4e show d’une série de 20.

Read the rest of this entry »


Europe. Jour 4. République échec.

image

Danahé nous réveille en entrant dans notre chambre. Il a déjà un café à la main, mais il est 2h de l’après-midi.Il est tard, mais ça a quand même été une courte nuit, puisqu’il faisait clair à notre coucher.

Jakob nous a déjà préparé un déjeûner avec du fromage et de la confiture que sa mère a fait. Il nous fait un chacun   un bon espresso et on attend que les autres se réveillent.

Dominic est le premier à prendre sa douche dans la tournée. Il fait bien, car la salle de bain est très grande et très propre.

Vers 3h30, on quitte avec les Forum Walters pour retourner en République tchèque. À Holesov plus précisément. Un petit village à mi-chemin entre Vienne et Prague. Tellement petit que même le GPS a de la difficulté à nous emmener.

image

Après avoir tourné en rond pendant plusieurs minutes dans ce qui sembe être le centre-ville, Laurin se résoue à aller demander à des passants. On doit trouver le WATS Music Club.

Ce qui est bien (sarcasme) avec la République tchèque, c’est que personne ne parle ni anglais, ni français, ni allemand. On doit donc essayer de se comprendre avec des gestes.

Après près d’une demi-heure à tournée en rond, on arrive au bar. Encore une fois, juste en ouvrant la porte, un nuage de boucane nous saute au visage. On aura encore une belle soirée à avoir les yeux qui piquent.

Un repas ex-chaud nous attend. Un espèce de ragoût et du pain. Ça aurait été bon si seulement ça aurait pu être un mini-peu chaud. On a aussi seulement deux bières chacun pour toute la soirée. Le pays a ses preuves à faire et ça part mal.

Le bar a une connexion internet, mais elle marche tellement mal que je renomme le pays la République échec. Personne ne parle une autre langue que le tchèque, on y mange froid et Internet est quasi inexistant.

Malgré tout, on réussi à s’amuser. Il y a une mini-rampe de skate devant la scène et tout ce qui joue toute la soirée est Alexisonfire et Cancer Bats. Un des propriétaires du bar est un fan de ces deux groupes canadiens. Il a même un tattoo d’Alexisonfire sur le torse.

Sur place, il y a un gars abusivement saoul qui tente de cruiser une vychod. Elle ne veut rien savoir de lui. Le gars continue quand même ses tentatives. Puis, il abandonne son projet quand le show des Hunters commence. Il descend devant le stage et met ses mains dans les airs.

Durant ce temps, je manque de bière. J’essaye de demander à une des serveuses si je peux payer avec mes Euros. Elle ne comprend pas trop l’anglais et a l’air de dire qu’on doit absolument utiliser des couronnes tchèques. Finalement, après avoir vérifié avec les deux autres propriétaires, elle décide de chacun nous faire un bill et  payer à la fin de la soirée.

Après le show, tout le monde semble avoir apprécié. Le promoteur veut acheter un CD, mais nous n’en avons plus (lire le blog Europe. Jour 1.). Il dit rarement acheter des albums, mais que celui des Hunters en vaut vraiment la peine. Ce sera pour une prochaine fois, malheureusement. Doum lui donne quand même un t-shirt en compensation et pour le remercier du show.

La belle fille qui se faisait cruiser plus tôt dans la soirrée vient elle aussi nous voir pour demander quelles étaient les deux dernières chansons pour pouvoir les trouver sur Internet. Elle aussi aurait aimé avoir un album, mais ce sera pour plus tard.

Un ami du propriétaire du bar arrive à la soirée. Croyez-le ou non, il a un bocal REMPLI d’épices et offre des poignées pleines d’herbes magiques aux deux bands. On apprend quelques minutees plus tard que c’est chez ce Tchèque mêlé qui ne parle pas anglais qu’on va passer la nuit. On devrait avoir de bonne histoire à raconter demain.

Pendant ce temps, je suis toujours acotté au bar à essayer d’apprendre quelques mots de tchèque et boire des shooters avec les propriétaires. Ça pourrait m’être utile, car les gens ici ne comprenne même pas comment commander une bière dans la langue de Shakespeare.

William se joint à moi et on se fait écrire les phrases sur des papiers qu’on garde avec nous. Avec des phrases comme “Santé”, “Puis-je avoir une bière svp” et “Merci”, on devrait être bon pour se débrouiller durant les prochains jours.

Juste avant de partir, je viens pour réégler l’addition et la barmaid-propriétaire me dit que tout est beau et que c’est la maison qui paye. Pas si pire quand on pense que quelques secondes plus tôt, les autres gars du band on dû payer leur bill. Ça aura valu la peine de m’intéresser à la culture tchèque pendant un peu plus d’une heure.

Il est maintenant rendu temps partir chez notre pothead. (Robert Grey, si tu lis ceci, on a tellement pensé à toi! Tu l’aurais adoré, ça aurait été ton meilleur chum). Laurin prend le volant et notre hôte connaît 3 mots en allemand: gauche, droite et un moment svp. Ce sera utile pour qu’il nous guide jusqu’à sa maison.

Au même moment où on arrive à sa maison, la police arrive dans la rue. La quantité de pot qui se trouve dans le bocal du mêlé ne nous fait pas du tout tripper. Elle passe deux fois devant la van et quitte. Juste après, Laurin recule directement dans une voiture en voulant se stationner. Oups. Aucun bris sur les deux véhicules, tout est parfait.

Ce soir, on dort dans une des chambres les plus laides et mal décorées de l’histoire des chambres laides et mal décorées. Des cadres laids (et croches) sur des murs laids remplis de trous de balles. Des graffitis cheap à quelques endroits et des taches de peinture (ou moisi) à quelques endroits. C’est laid, mais le gars est tellement content d’accueillir des orchestres autrichiens et canadiens. Il nous dit que sa maison est notre maison, suivi de la désormais célèbre “My house, my heart, my weed. For you.” On l’aime déjà!

Avec toute la fumée de tabac spéciale qu’on a respiré durant la soirée avec les fumeurs invétérés de Forum Walters et notre gars mêlé-mais-sympathique, on est pas mal buzzés. Will et moi sommes saoul. On fait l’avion, me tombe dans le visage, je crois avoir cassé mes lunettes, mais j’ai seulement un peu fendu ma lèvre. Fiou…

Le sosie tchèque de Robert Grey est tellement content de nous avoir qu’il nous fait goûter la compote de pommes qu’il a lui-même fait. Il en est tellement fier, et avec raison, car elle est super bonne. Suivent ensuite ses cerises de terre marinées.

En voulant aller aux toilettes, William se trompe et entre dans la chambre de quelqu’un. Quelques secondes plus tard, elle sort de la chambre et vient voir notre nouvel ami. Il nous fait donc comprendre d’être plus silencieux, chose que nous faisons assez rapidement.

C’est rendus à l’étape de brancher nos téléphones et iPod dans la prise de courant qu’on s’est rendu compte qu’on avait eu une bonne soirée. Doum essayait de brancher un câble USB directement dans une prise de courant.

Bonne nuit, on devrait s’endormir assez vite.

Hugo Royer


Europe. Jour 3. Vienne, l’odeur de tops et la boule disco.

image

Après s’être couché très tard (ou tôt, ça dépend comment on voit ça), c’est un des gars de la Chiller Villa qui nous réveillent. Il part travailler dans quelques minutes et on doit quitter.

Tout le monde a mal dormi et a un bon mal de crâne. On va aller déjeuner, ça risque d’aider à faire passer. Ce qu’on a oublié, c’est qu’il est rendu près de 2h, oublions le déjeuner. Dominic a suggéré d’aller manger des kebabs, c’est donc ce qu’on fait. Premier repas carnivore de la tournée. Ça a aidé à remettre la tête et l’estomac à sa place, mais on est déshydraté.

Direction McDo pour des breuvages rafraîchissants pas chers et de l’internet gratuit. Tour à tour, on s’échange la toilette et on brosse nos dents. Ça fait du bien de se sentir un peu plus propre, mais on a encore les même vêtements qu’à notre départ mercredi de Québec.

image

On va aller rejoindre Felix, qui a booké toute la tournée, à Vienne. Il texte Laurin pour donner le point de rencontre et on se rejoint au McDo au centre-ville de Vienne, pas très loin de la salle de show de ce soir.

On parke la van devant la salle et on laisse une note dans le pare-brise demandant gentiement aux policiers d’éviter de nous donner une contravention, car nous sommes un groupe en tournée.

Les gars veulent aller voir un magasin de disques. Felix nous emmène chez Substance, à environ une demi-heure de marche. On y achète chacun quelque chose. J’ai trouvé des éditions spéciales et limitées de David Bowie, The Beatles et The Horrible Crowes. Dan a mis la main sur des disques de Turbonegro qui sont durs à avoir au Québec et on a ramassé des pins gratuites de Megadeth et GWAR.

Encore une demi-heure de marche pour retourner près de notre point de départ. On a tous soif et on veut trouver une épicerie. Faire l’épicerie quand tu comprends à peine les images et aucunement les textes écrits desssus, c’est toute une expérience.

J’en ressors avec des gaufrettes, de quoi à boire (non-alcoolisé), du pain et, bien sûr, mes fameux beef sticks. Évidemment, les gars rient de mes choix de bouffe, mais après avoir goûté à mes beef sticks, ils en sont jaloux. On est loin des beef sticks américains qu’on peut acheter à la maison.

Un peu de marche et on attend dans la van devant la salle pour pouvoir entrer le stock.Les gars font écouter la pré-production du prochain album à Felix et Laurin.

Quand la salle ouvre, on se rend compte que c’est un espèce d’ancien entrepôt en brique pas chauffé. Il fait tellement froid qu’on garde nos chemises, veste et manteaux et on a encore froid. Oublions-le avec un peu de boisson. L’Europe c’est parfait parce que le monde te paye à boire et que tout est gratuit. On tombe dans le gin et la terrible commence.

Le show est bonifié de “Sabotage” des Beastie Boys et “Electric Feel” de MGMT. Il y en a pour tous les goûts et les filles se mettent à danser. Ensuite, on tue le dance floor et on apprend d’autres phrases louches et inutiles.

Pendant qu’on apprend à parler allemand avec 2 vieux hippies qui ont trippé sur le show, Raph vient me voir en panique. Il y a des policiers en avant de la salle qui attendent pour entrer et n’ont pas l’air d’aimer qu’il y ait un party à l’intérieur. On fini de ramasser le stock, on le met dans la van et on part.

On écoute la musique au maximum dans la van en parcourant les rues de Vienne jusqu’à l’appartement de Jakob et Philipp des Forum Walters. C’est chez eux qu’on dort ce soir. Laurin est prêt à faire le party. Enfin!

Pendant que notre vue commence à se dédoubler, on essaye d’entrer le mot de passe du wifi de l’appartement. Des majuscules, des minuscules, des chiffres. C’est tellement compliqué qu’on se bat 30 minutes avec, pendant que Raph a réussi du premier coup. Par orgeuil, on veut l’avoir par nous même, mais finalement, j’abandonne et je lui laisse entrer le password.

Je mets en ligne le blog du roadie #2 tout en prenant de la bière locale et des shooters de Jameson. On parle de la vie avec nos nouveaux amis et finalement, Raph et moi continuent de parler ensemble… en anglais! On est rendu trop habitué à parler avec tout le monde dans une autre langue que notre langue maternelle.

Encore une fois, les oiseaux commencent à hanter nos vies et le soleil se montre le visage. On est pas encore couché et il est 7h du matin ici. Heureusement, on a des bons lits pour dormir ce soir. On devrait reprendre les heures de sommeil qui nous manque.

Essayons d’aller dormir malgré les yeux qui chauffent à force d’être dans des bars où tout le monde fume. Tout. le. monde. fume.

Dans l’odeur de tops, on va se coucher. Will, Raph et moi partage le même lit pour la nuit, alors que Doum dort dans le lit de notre hôte et Dan est “passed out” depuis quelques heures dans un autre lit.

À demain. République tchèque, on arrive!

Hugo Royer


Europe. Jour 2. Alles ist möglich.

image

On se fait réveiller par Laurin, notre chauffeur, qui est déjà debout en train de déjeuner. En fait, il est déjà 3h de l’après-midi, mais on est vraiment mêlé dans nos heures. Tis, le bookeur du show d’hier nous a laissé un repas tout prêt pour le matin avant de partir. Il est au bar d’hier en train de faire du ménage pour le band de ce soir.

Avant notre départ, il revient. On le remercie et on reprend la route. Nous avons environ deux heures de route à faire entre Graz et Wiener Neustadt. Le décalage horaire nous ramasse comme un bulldozer. On est incapable de bien dormir, mais on dort à merveille durant le trajet. On manque alors tout le paysage montagneux entre les deux destinations.

À Wiener Neudstadt, on rejoint les gens du show au Chiller Villa. Une maison avec des musiciens et leurs blondes. En entrant, une odeur de bouffe délectable nous envahit. Ils nous ont (encore une fois) préparer de la nourriture végé en quantité démsurée.

On se sert de leur wifi pour faire la mise à jour de nos vies sociales. On texte les blondes et on donne des nouvelles à la famille et amis. Évidemment, on ajoute quelques photos sur Instagram pour ceux qui veulent voir ce qu’on voit ici. (Suivez @TheHunters et @hroyer sur Instagram pour tout savoir)

image

Quelques bières avec les gars d’Astpai (le band autrichien de la tournée de lancement l’an passé). On met de la sauce Sri Racha sur toute notre bouffe. On boit quelques bières autrichiennes aux noms trop compliqués pour même penser les écrire.

Vers 8h, on se rend au show. C’est dans le local de jam d’Astpai. C’est un show un peu secret et ajouté à l’horaire à la dernière minute, mais quand même, il y a une trentaine de personnes qui se pointent au show. C’est apparament le plus petit show qu’il y aura dans cette tournée européenne.

Durant le show, on épuise nos réserves de bières gratuites et on doit donc trouver une solution. En sortant de la toilette, il y a une machine distributrice avec de l’eau et du jus, mais aussi, de la bière. Même moins cher qu’à l’épicerie ou au dépanneur. Problème réglé!

Après le show, on rencontre deux nouvelles amies, une autrichienne et une anglaise. Après qu’elle se sente insultée que je pratique mon accent British avec elle, elle nous offre de sortir dans un bar.

image

On rapporte la van à la maison où on couche ce soir. Maintenant à pied, on découvre l’Autriche.

Les quatre chasseurs, Laurin, nos deux amies et moi se rendent dans un bar qui est fermé et qui ne veulent pas de nous. On repart plus loin dans les rues désertes.

On va au ROX, un bar pas très apprécié par les gens locaux, mais qui passe quand même de la bonne musique. Ça dépanne bien rendu à l’heure qu’il est rendu.

Quelle n’est pas notre surprise de voir une fille habillée en costume traditionnel en train de chanter et frencher (à pleine bouche!) avec un gars. Ils passent par toutes les émotions, ils rient, chantent, pleurent, mais surtout, frenchent!

Malheureusement pour lui, il repart seul. On compathie avec lui.

On est les derniers à partir du bar, vers 5h peut-être? Aucune idée de l’heure. Les oiseaux commencent à chanter et le soleil commence à se lever.

Presque rendus à destinations, Will et Raph rebrousse chemin et retourne sur leurs pas. Will a perdu son iPod en chemin en faisant des culbutes dans des buissons. Ils le retrouvent dans un buisson près du bar où nous étions.

Arrivés à la Chiller Villa, il fait soleil. C’est le matin. en regardant sur nos cells, on voit qu’il est passé 6h du matin, mais il est encore minuit dans nos têtes. J’ai hâte que le décalage horaire cesse de faire son effet.

Au lit parce  que la nuit sera très courte.

Hugo Royer


Europe. Jour 1. Vychod, banane et queue d’écureuil.

image

Fidèle aux habitudes de tournée, voici le Blog du roadie, version européenne.

Première expérience hors-continent pour le band, ainsi que pour trois d’entre nous. Un autre continent. Séparé par un océan de la maison.

– Québec-Montréal –
Départ à 15h20 de Québec pour Montréal. Pour arriver, 45 minutes plus tard, dans une tempête de neige. Mère nature, je crois qu’on va avoir des comptes à régler. Pour plus d’informations, (re)lire le blog du roadie de Philadelphie-Brooklyn en pneus d’été.

Avant même d’être partis, les aventures commencent. Les billets achetés sur internet n’ont pas nos noms écrits exactement comme sur nos passeports, ont doit donc passer au comptoir pour que la gentille madame nous arrange ça. Pas trop compliqué à faire, mais c’est long. On doit enregistrer nos bagages, mais la valise de Will dépasse de 7 livres la limite permise. La préposée accepte de laisser emporter 25 kilos (au lieu de la limite de 23kg), mais on doit quand même réorganiser. Will va donc passer une partie de ses cymbales dans son bagage de cabine. Bonne chance rendu au contrôle de sécurité.

Les gars ont seulement 6 CDs en stock pour vendre à l’étranger. Leur gérant envoie donc quelques caisses via Xpresspost. Le lendemain (hier), Postes Canada avise que le colis sera en retard et arrivera la journée du départ, avant 17h. On se croise donc les doigts pour que le paquet arrive avant notre départ de Québec. La mère de Raph reste donc à la maison en espérant que la poste livrera la marchandise à temps.

Vers 14h, les caisses de CDs arrivent. Une demi-heure plus tard, les caisses d’albums sont rendus à l’aéroport Jean-Lesage. En ouvrant les boîtes pour les mettre dans nos bagages, SURPRISE!, ce n’est pas “Promises” à l’intérieur, mais bien l’album de The Fundamentals.

– Montréal-Londres –
Trois heures d’attente à l’aéroport de Montréal. On a le tremps de prendre une bière à un prix illogique. 12$ la pinte.

Les minutes et les passagers passent. Will donne 5$ à Doum pour sa part de pizza qu’ils ont commandé dans un resto plus long dans l’aéroport. Dès que Doum a le dos tourné, le serveur en profite pour le prendre en temps que pourboire. Pas surprenant qu’on ait eu du bon service par la suite.

Maintenant l’heure de notre vol. Dan, Doum et Raph sont dans la rangée 34 et Will et moi dans la 22. Merci à mère nature, on doit attendre une demi-heure avant de partir pour passer à la station de dégivrage.

En vol, le moment stressant ce n’est pas les zones de turbulence, mais plutôt de savoir quel sera le repas.  Ce soir, poulet ou pâtes, accompagné de vin rouge ou blanc. Je demande un bouteille de vin blanc, mais avec mon nez complètement bouché, l’hôte comprend blanc et rouge. Il me regarde d’un drôle d’air et me donne mes deux bouteilles. Ça devrait rendre le vol et le décalage horaire un peu plus intéressant. À 16 000 pieds dans airs, j’alterne mon  temps entre les divertissements des écrans dans les sièges: l’album RED de Taylor Swift, le documentaire Yonge Street: Toronto’s Rock and Roll et des bandes-annonces de film. Sans oublier le jeu qui me rend accro depuis des jours: 7×7 pour Android.

On essaie tous de dormir, mais avec les bébés qui pleurent sans cesse, ce n’est pas une tâche facile. Dominic renomme affectieusement la tournée “La tournée j’assassine un bébé”. Avec des parents qui font semblant que leur enfant est bien assis et sage, alors qu’ils crient et cours partout dans les allées.

Pendant que je suis incapable de dormir, j’abuse le mini-bar. L’heure du café arrive et l’hôtesse m’offre même du Bailey’s. J’en profite. Le vol se passe à merveille.

Arrivés à Londres, un autre contrôle de sécurité. On passe par la suite au comptoir de British Airways expliquer à la sympathique madame notre problème avec les billets. Elle se fait un plaisir d’ajuster nos noms et nnous indiquer où se rendre. Un des plus gros aéroport du monde. On se rend à notre porte d’embarquement et on attend. On attend encore. 3h à Londres.

– Londres-Prague –
Sur les ailes de British Airways, on prend notre envol pour la République tchèque où notre chauffeur noous attend. Quand les consignes de sécurité se mettent à jouer en anglais British et ensuite en tchèque, on commence à être dépaysé.

2h de vol à faire. Deux longues heures avec, évidemment, des bébés qui pleurent. Après les cris et les pleurs, nous voici rendus aux douanes tchèques. Les agents prennent un à un nos passeport, regarde la photo et notre visage puis ouvre la porte. Aucune question n’est posée. Pas trop compliqué l’entrée à Prague.

image

– Prague –
Laurin, notre chauffeur nous attend à l’aéroport. Lui aussi est mêlé, car il a perdu le billet de stationnement pour sortir de l’aéroport. Il cherche partout, sans le trouver.

Il finit par en acheter un autre à quelqu’un.

6h de route à faire avant d’arriver à Graz en Autriche pour le show de ce soir.

Si vous pensez que les routes du Québec sont mal entretenues et remplies de trous, détrompez-vous! Les routes de la République tchèque viennent de prendre la pôle position dans mon classement des pires routes. Tellement qu’on avait l’impression d’avoir une crevaison tellement ça brassait.

Les paysages est-européen défilent autour de notre van Ford blanche.

Vers 9h, on est à Graz en Autriche. En sortant le gear de la van, une des portes arrière se bloquent. On va vider la van avec la moitié des portes pour les 3 prochaines semaines.

Après avoir installé le stock dans la salle. On se rend compte que la prise de l’ampliemprunté de Doum ne marche pas dans les prises ici. Pourtant c’estun ampli européen loué pour la tournée. Même les Autrichiens ne comprennent pas le problème électrique.

Raph a oublié sa strap de basse à Québec, mais sinon tout va bien. On a un bon souper végé qui nous attend au 2e étage. Ça va farie du bien, on a pas mangé depuis trop longtemps.

Le show va très bien, on a vendu presque tous les CD déjà (voir les premiers paragraphes pour la raison). Le monde redemande même un rappel.

Après le show, le party. avec la bière fournie et nos nouveaux amis qu nous apprennent des expressions allemandes, on tente du mieux qu’on peut de se commander nous même des bières. Après avoir parlé de patates, bananes et queue d’écureuil avec les Autrichiens, on part vers l’appartement du booker du show.

Il est rendu 5h du matin, on prend encore quelques bières locales et on se couche. Ça aura été une bonne première journée productive.

Hugo Royer
Suivez @TheHunters et @hroyer sur Instagram pour plus de photos.


Brooklyn. Pizza, Jameson. Québec.

Après avoir pu — enfin — dormir, je me réveille à côté des deux chats. Pas mal en même temps que les quatre autres gars. Justin, le promoteur de la veille, est déjà debout et nous prépare à déjeuner. Un bon déjeuner végé en plus!

Vers 2h, on a tous fini de profiter du wi-fi de l’appart et des chats. On quitte donc pour retourner chercher Josephine, mon fidèle véhicule, qui est toujours stationnée à l’hôpital. Un petit 50$ de parking.

On est à Philadelphie, on ne peut pas partir sans avoir vu les célèbres marches du film Rocky. Après s’être débattu dans le traffic et avec les stationnements, on décide que ce sera pour une autre fois.

Plus de temps à perdre. Il se fait tard et si on veut éviter le traffic newyorkais du vendredi soir, on doit se dépêcher.

Read the rest of this entry »


Switch to our mobile site