Europe. Jour 8. Gilet blanc vs. la pizza.

image

1h de l’après-midi. On se lève et on déjeune. Notre hôte a préparé du café et un déjeuner.

Ça fait du bien de manger un peu, mais surtout de pouvoir prendre une douche. Enfin propre. Un beau t-shirt blanc pour avoir l’air encore plus propre (détail important à retenir pour plus tard aujourd’hui.).

Vêtu de mon gilet propre et d’un blanc éclatant, on fait nos aux revoirs et on part chercher la van dans les rues de Nuremberg.

Classique, un beau ticket de parking. On a dépassé de deux heures le temps permis. 20 euros.

On embarque dans la van et on a trois heure de route à faire pour se rendre à Aulendorf. Il fait quand même assez chaud en Allemagne présentement, on se promène les vitres baissées.

On arrive vers 18h au irReal Pub dans la très tranquille ville de Aulendorf. On a un lunch qui nous attend, mais il faut faire le soundcheck avant. Aussi dit, aussitôt fait. On a tellement faim. Pendant que les gars s’installe, j’essaye une des machines à sous allemandes dans un coin du bar. J’y mets 1 Euro et une fois à l’intérieur, l’écran devient noir et puis plus rien, simplement un message d’erreur. Pas très concluant comme essai.

Les six s’installent à la table et on commence par manger des salades. Puis, sorti de nul part, le promoteur arrive avec des carrés de pizza. On se régale et il ne cesse d’en apporter encore et encore. C’est tout simplement parfait.

Puis, survient l’incident. Doum m’offre un carré de pizza, mais je n’ai plus faim. Il insiste, mais je le repousse. On continue de s’obstiner. Puis, le fromage se détache de la pâte et je le reçois le fromage fondant et brûlant directement dans le shag et sur mon resplendissant t-shirt blanc. Dire que je n’aurai pu porter que 6h mon chandail couleur neige. Il a maintenant une belle tâche de couleur rouge-orange sur le collet.

Dominic vient de partir une guerre. Il va en entendre parler encore longtemps durant la tournée.

Je me change donc pour la deuxième fois de la journée. C’est mon dernier chandail propre et il reste deux semaines encore. Moi qui espérait porter celui-ci pendant quelques jours.

Ensuite, on installe la merch et on parle un peu avec le monde sur place. Après autant de jours sur la terrible G, ça semble partir tranquille, mais on verra bien. Les gens en Europe sont bien sympathiques et aime (un peu trop) nous payer de la boisson.

Ce soir, c’est un des shows où le monde trippe le plus. Autant les gars que les filles dansent et demandent un deuxième rappel. Ils demandent même de faire des chansons en français ou de Dominic Pelletier. C’est sans doute la foule la plus énergique que la tournée a vu à date.

Ensuite, les spectateurs viennent parler avec nous et payent des shooters. Ça fait du bien une soirée un peu plus tranquille.

Puis, on part avec le promoteur chez lui. Il nous as tous préparé des lits avec des matelas et des couvertes.

On va pouvoir se reposer pour une des premières fois en un peu plus d’une semaine.

À demain. Lucerne en Suisse. Show dans une ancienne prison au pied des Alpes.

Hugo Royer, le roadie au t-shirt taché de pizza


Switch to our mobile site